Depuis toujours, Solidarité Sida s’appuie sur la jeunesse pour porter ses ambitions. Elle les sensibilise, leur donne les moyens d’agir et leur permet d’assouvir leur quête de sens.

Chaque année, pas moins de 3000 bénévoles lui prêtent main forte pour préparer et faire vivre le festival. Du montage au démontage, de la propreté à l’animation du camping en passant par les navettes, l’accueil handicap, le merchandising ou les objets trouvés… ils sont sur tous les fronts. Leur énergie, leur enthousiasme et leur détermination forcent le respect.

Pour ses 20 ans, Solidays leur a rendu hommage en leur consacrant une exposition.

Des images réalisées par le photoreporter Anthony Micallef.

Pour nous bénévoles prévention, le festival c'est l'aboutissement de tout une année de travail. Du coup, peu importe les difficultés je me donne à fond. C'est peut-être égoïste mais ça permet de me sentir utile. Le moment le plus fort et symbolique c'est la cérémonie du Patchwork des noms. Quand tout s'arrête et que nos pensées vont directement vers ceux qui nous ont quittés. - Jonathan
Le montage c'est ce qu'il y a de plus impressionnant. Tu vois un festival sortir de terre par la force des bénévoles. C'est une énergie incroyable et solidaire. Les autres te portent quand t'as un coup de mou et tu les portes à ton tour quand il le faut. Ensuite, bénévoles sanitaire c'est stratégique vis-à-vis des festivaliers. Je me suis rarement autant marré que sur cette mission. - Marien
J'avais un peu peur en arrivant dans cette grande équipe où tout le monde se connaissait déjà. Mais j'ai été si bien accueillie, je me suis vite adaptée. C'est une grande famille où chacun fait attention à l'autre. Maintenant, je ne peux plus m'en passer. Mon mois de juin est consacré à Solidarité Sida. Je m'arrange toujours pour terminer mes examens le plus tôt possible et être au rendez-vous de Solidays. - Fanuela
 Le meilleur moment c’est la soirée de bénévoles, quand le festival vient de se terminer. C’est un moment de grâce. On est tous explosés, crevés, fatigués mais on est biens, on est heureux. On a le sentiment du travail accompli. Solidays ça fait partie de mon équilibre sur l’année, c’est le moment où je fais un truc pas que pour moi et où tous ceux qui m’entourent sont là pour la bonne cause. - Baay-Cheikh
À la fac j’ai fait un exposé en anglais sur le sida et une pote m’a parlé de Solidays, elle était bénévole. J’ai mis le pied là-bas pour aider au montage et je ne suis jamais reparti. Malgré la boue, la pluie, la galère des douches et des toilettes, on n’abandonne jamais parce qu’on est tous là pour la même chose. Moi je me suis construit grâce à cet engagement et maintenant j’adore transmettre cette envie aux nouveaux. - Greg
Ce que je préfère c’est faire découvrir l’expo Sex In The City aux personnalités politiques, à des dirigeants. Je sais que j’ai 30 minutes pour faire passer des messages à des dirigeants qui peuvent changer les choses. C’est une chance énorme. Solidays a complètement changé ma vie parce qu’on y rencontre des gens de tous les milieux, de tous les horizons. On apprend la bienveillance et le respect envers tous. On n’est pas tous pareils mais on comprend qu’on peut aller loin tous ensemble. - Thomas
On s’est rencontrés via Solidays, Aloïs m'a prise en photo pour une action bénévole et depuis on s'est plus quitté. Nous sommes chef d'équipe ensemble tous les ans pour l'équipe image, c'est devenu notre rituel. - Camille
C’est une période de ma vie où je ne savais pas trop quoi faire, je voulais me réorienter, j’avais besoin de sens. L’expérience Solidays m’a montré que je ne valais pas rien, que je pouvais participer à faire naître un festival. J’en suis vraiment sortie grandie et j’ai rencontré des gens qui m’ont confortée dans mes choix. Au final, j’ai donné un peu et j’ai reçu beaucoup. - Ludivine
J’ai enterré la casquette de mon premier Solidays devant la cantine avec une petite cérémonie. Elle y est peut-être toujours ! - Pierre-Olivier dit "PO"
Je n’oublierai jamais ce moment où Luc m’a présenté à toute l’équipe, l’accueil que j’ai reçu… C’est ma famille, je le répète tous les ans ! En 2016, on travaillait sous la flotte et les bâches des chapiteaux étaient devenues très lourdes. On l’a fait quand même et on était fiers. Quand Solidays se termine, j’ai juste une idée en tête : à quand la prochaine édition ! - Paulin
J’ai été embarquée par un ami dans l’aventure. J’ai vraiment adoré rencontrer toutes ces personnalités différentes, cette ambiance incroyable. Comme j’étais déguisée, tout le monde venait se faire prendre en photo avec moi. Du coup, ça a ramené du monde sur le stand merch’ où j’étais et on a fait beaucoup de ventes. Je me suis sentie utile et ça fait du bien. L’année suivante mon ami n’était plus là, mais moi si ! - Natacha
Ma mère était chez Solidarité Sida et moi je vendais des t-shirts à la Nuit du Zapping à 12 ans ! J’ai été bercé depuis tout petit par cet esprit solidaire, par ces gens qui vivent pour aider les autres. Du coup, devenir bénévole Solidays c’était naturel et ça m’a toujours plu : ce sont des vacances, on fait du sport ! Depuis que je travaille à l’étranger, je réserve mon mois de juin pour revenir ici, à Longchamp. - Alexandre